Quand a t'on besoin d'un traitement ?

L’orthodontie s’adresse à tous : jeunes enfants, enfants, adolescents, adultes et seniors. Chaque patient est unique et chaque traitement est individualisé selon les attentes et les objectifs définis conjointement par le patient et son orthodontiste. Toute fois plusieurs grandes catégories de malocclusions (anomalies de dents et de mâchoires) sont définies :

L'encombrement dentaire

L'encombrement dentaire

La cause la plus fréquente de consultation est l’encombrement dentaire : il s’agit du chevauchement dentaire. Concernant la mâchoire du haut, du bas ou bien les deux, le chevauchement dentaire est la conséquence d’un développement insuffisant des mâchoires : il n’y a pas assez de place pour que les dents puissent s’aligner naturellement. Outre le côté « inesthétique », ce chevauchement peut entrainer à terme : des problèmes de gencives, notamment par la difficulté de brossage, des sensibilités dentaires et une usure prématurée des dents. Le chevauchement est en général évolutif et le phénomène s’accentue avec les années.

Le décalage des mâchoires

Les mâchoires doivent avoir une position précise, entre elles, dans les 3 sens de l’espace afin de permettre une mastication efficace et non pathologique. Cela s’appelle l’occlusion. L’occlusion normale est dite « en classe I » lorsque l’affrontement des 2 mâchoires est physiologique. Cependant, à cause de facteurs génétiques (hérédité) ou fonctionnels (mauvaise déglutition, pouce, tétine etc…) les rapports d’occlusion sont souvent perturbés et nécessitent une prise en charge orthodontique.

L'occlusion dite de classe II
L'occlusion dite de classe II

Lorsque la mâchoire du bas est en retrait par rapport à la mâchoire du haut. Il y a alors un décalage avec un espace entre les mâchoires qui perturbe la mastication et l’esthétique du sourire et du visage de profil. Ce décalage est souvent dû à un « blocage » de croissance qui peut être traité par un appareillage orthodontique. Ce décalage doit être pris en charge le plus tôt possible (à partir de 6ans) pour permettre à la croissance de reprendre son cours normalement. Plusieurs types de traitements existent et sont adaptés, en fonction de l’âge et du stade de croissance du patient (voir appareillages).

L'occlusion dite de classe III
L'occlusion dite de classe III

Lorsque la mâchoire du bas est trop en avant par rapport à la mâchoire du haut. Ce décalage doit être dépisté et traité le plus tôt possible car il est néfaste pour les dents, les articulations et le devenir des mâchoires. Comme pour le traitement des classes II, les appareillages dépendent de l’âge et du stade de croissance des patients (voir appareillages).

L'endoalvéolie maxillaire
L'endoalvéolie maxillaire

Lorsque la mâchoire du haut est trop étroite, elle ne peut plus s’emboiter correctement avec la mâchoire du bas, elle est en dedans, et cela peut avoir de nombreuses répercussions, notamment entrainer un chevauchement dentaire par manque de place ainsi qu’une dysharmonie de croissance entre les deux mâchoires. Cette malocclusion se traite la plupart du temps très facilement, en 6 mois, à l’aide d’un appareillage simple et confortable lorsque le traitement est réalisé chez l’enfant (voir appareillages).

La béance
La béance

Lorsque les dents du fond se touchent, il persiste un espace entre les incisives du haut et du bas, et elles ne peuvent pas entrer en contact, c’est la béance. Souvent due à la succion de pouce ou de la tétine, une béance doit être traitée à l’aide d’un appareillage adapté au type de béance et à l’âge du patient.

La supraclusion
La supraclusion

Lorsque les dents du haut recouvrent la totalité ou quasi totalité des dents du bas, on parle de supraclusion. Cette anomalie est néfaste pour les dents, les gencives et les articulations.

Les diastèmes
Les diastèmes

Lorsque les dents sont espacées.

Les traitements

L'orthodontie chez l'enfant

La première visite chez l’orthodontiste est en général conseillée aux alentours de 5-6ans. Les enfants sont en général adressés par leur dentiste, ou après une visite scolaire, ou bien ce sont leurs parents qui veulent avoir un avis.

Elle permet de dépister les éventuelles anomalies déjà en place ou bien de prévenir leurs apparitions. Les principaux traitements chez les jeunes enfants concernent les anomalies dentaires liées à la succion du pouce ou de la tétine, la correction des « dents en avant » afin d’éviter une fracture en cas de chute ainsi que la correction des décalages de mâchoires précoces.

Lors de la première visite, l’orthodontiste interrogera l’enfant et ses parents concernant leur motif de consultation et procèdera à un examen clinique et/ou radiologique afin de faire le point sur les potentielles anomalies existantes. De cet entretien, si l’indication est posée, découlera une proposition de plan de traitement.

Le traitement orthodontique peut être réalisé sur les dents de lait ou les dents définitives selon les besoins. Les appareillages chez les jeunes enfants sont en général de courtes durées (6mois à un an) et sont très bien tolérés. Ils permettent de corriger l’anomalie déjà existante et de réharmoniser la croissance afin de faciliter la mise en place des dents adultes.

Il s’agit d’une première phase de traitement appelée « interception ». Cette interception peut être le seul traitement dont a besoin un enfant ou bien nécessiter une surveillance après dépose des appareils, avec réevaluation, suivie ou non d’une deuxième phase de traitement orthodontique à l’adolescence. De nombreuses études ont montré que le traitement orthodontique lorsqu’il a été précédé d’une « interception » est souvent plus court et plus « facile ».

L'orthodontie chez l'adolescent

La majorité des traitements orthodontiques dits « classiques » s’effectuent à l’âge adolescent, qui est l’âge ou la croissance s’exprime le plus et va donc aider à la correction des anomalies.

Le traitement le plus connu est le traitement par bagues mais il existe de nombreux autres types d’appareillages qui pourront être proposés en fonction de la malocclusion du patient. Des élastiques peuvent être nécessaires pour la correction d’un décalage.

L'orthodontie chez l'adulte

Il n’y a pas de limite d’âge pour l’orthodontie et les traitements adultes sont de plus en plus demandés. Les patients n’ayant pas eu de traitements à l’adolescence, ou subissant une récidive de leur ancien traitement sont de plus en plus demandeurs d’un sourire parfait.

Les critères esthétiques sont aujourd’hui très poussés et le sourire en fait partie intégrante. L’adulte demandeur d’orthodontie est un patient tout particulier pour l’orthodontiste. Chaque patient est unique et le plan de traitement, sa durée et l’appareillage proposé seront individualisés et décidés d’un commun accord avec l’orthodontiste selon les attentes du patient.

La préoccupation des adultes est tout d’abord esthétique, et les appareillages qui lui sont proposés incluent ce paramètre. Les appareillages modernes comme les bagues céramique, l’orthodontie linguale (bagues à l’intérieur des dents) et les traitements par gouttières (invisalign) sont très performants, confortables et surtout très discrets, voir « invisibles ». Ces appareillages sont tout aussi efficaces que les bagues classiques et n’augmentent pas la durée du traitement.

Au delà la demande esthétique, les patients adultes peuvent avoir besoin d’orthodontie à visée plus fonctionnelle, dans le cadre d’une restauration dentaire globale (préparation avant implants ou couronnes), dans le cadre d’un traitement parodontal (les dents alignées ont une gencive plus saine et plus solide que lorsque les dents se chevauchent), ou encore dans le cadre d’une chirurgie maxillo-faciale.

En effet, la particularité des adultes est qu’il n’y a plus de croissance disponible pour aider la correction des décalages entre les mâchoires. Dans certains cas, lorsque le décalage est trop important, l’orthodontie seule ne peut pas fonctionner et c’est une collaboration entre le chirurgien maxillo-facial (qui va corriger chirurgicalement le décalage) et l’orthodontiste (qui assurera la préparation des arcades avant chirurgie et les finitions dentaires après la chirurgie) qui va permettre le succès du traitement.

Les appareillages

Les appareils invisibles

La demande des patients adultes et de nos jours des patients adolescents aussi est de plus en plus axée sur l’esthétique. L’orthodontie moderne offre tout un panel d’appareillages esthétiques, voire « invisibles » qui sont aussi efficaces que les appareillages classiques. Ils existent de nombreuses solutions, qui seront proposées par l’orthodontiste au cours d’une consultation, en fonction de la situation clinique et des attentes du patient. Nous pouvons citer les 3 grandes familles d’appareillages esthétiques :

Les gouttières invisalign

Notre cabinet propose de plus en plus de traitements par gouttières invisalign. Les gouttières offrent une solution pour un traitement efficace, confortable et quasiment invisible. Le principe est de numériser la bouche et les dents du patient grâce à une caméra buccale. Une fois le modèle obtenu sur ordinateur, les dents sont déplacées informatiquement jusqu’à obtenir un résultat parfait. A chaque étape de déplacement, une gouttière transparente est imprimée en 3D par le laboratoire invisalign. Le patient doit donc porter cette succession de gouttières 22h/jour (excepté pour les repas) et les changer selon les indications de l’orthodontiste (toutes les 2 semaines en général). Les objectifs et les résultats de traitement sont les même qu’avec un traitement par bagues.

Adoptées par plus de 3 millions de personnes dans le monde, les gouttières représentent l’orthodontie moderne et invisible. Après avoir pris une empreinte numérique de vos dents, un logiciel de travail permet à l’orthodontiste de pouvoir établir un diagnostic et un plan de traitement détaillé correspondant à vos attentes et à votre malocclusion. Le logiciel (ClinCheck) permet de visualiser la série de mouvements que vont effectuer vos dents au cours du traitement, afin que vous puissiez voir l'aspect de vos dents à la fin de votre traitement Invisalign avant même de l'avoir commencé.

Une fois le plan de traitement validé par votre praticien et vous-même, des gouttières correspondant à chaque étape de traitement sont imprimées et envoyées à votre orthodontiste. Lorsque vous commencez le traitement, vous portez successivement chaque jeu d'e gouttières personnalisées pendant deux semaines. Les gouttières se portent 22h sur 24, soit de façon ininterrompue sauf pendant les repas. Au fur et à mesure que vous avancez dans la série de gouttières, vos dents commencent à se déplacer petit à petit jusqu'à la position finale prescrite. Pendant cette période, vous vous rendez à des visites de contrôle régulières chez votre orthodontiste pour suivre votre progression et vérifier que vous êtes à l'aise avec le traitement.

Ces gouttières ont l’avantage d’être quasiment invisibles, sont très confortables, et ne vous imposent aucune précaution alimentaire particulière. Vous trouverez plus d’informations auprès de notre équipe ou sur le site www.invisalign.fr

Les bagues céramiques ou transparentes

Elles offrent une alternative esthétique aux bagues classiques métalliques, avec les même performances que ces dernières. C’est exactement le même principe que les boitiers métalliques, à la différence que ceux ci sont en céramique donc transparents et donc beaucoup plus esthétiques.

Les bagues linguales

Placées à l’intérieur des dents, ces bagues sont très discrètes et fonctionnent sur le même principe que les bagues externes. Là encore, le principe reste le même excepté que pour les bagues classiques sauf que les bagues sont collées sur la face interne des dents, et sont donc très discrètes.

Le Froggy Mouth

Proposé aux enfants qui ont une anomalie de déglutition, ce petit « anneau » est un moyen simple et efficace d’aider à la correction de la position de la langue. Il suffit de le porter 20 à 30 minutes par jour. Il est indiqué à partir de 6 ans, puis chez les adolescents ainsi que pour les adultes.

Le Quad'Helix

Lorsque la mâchoire du haut est trop étroite (voir endoalvéolie maxillaire), cet appareillage simple, très bien toléré et efficace le plus souvent en 6 mois seulement permet de redonner de la croissance à la mâchoire du haut et ainsi rétablir des rapports harmonieux entre les 2 mâchoires et prévenir le chevauchement dentaire. Cet appareillage est fixe et doit être « activé » par l’orthodontiste à raison d’un rdv toutes les 6 à 8 semaines. On peut rajouter sur cet appareil un fil sur les dents pour rentrer les incisives lorsque celles ci sont trop en avant ou encore une grille pour aider l’arrêt du pouce.

Le Bi'Helix

Même appareil que cité précédemment mais pour la mâchoire du bas.

La Plaque Palatine (ou faux palais)

Il a la même action que le quad’hélix (augmenter la largeur du palais) mais il est amovible. Il doit cependant être porté de manière ininterrompue.

Le Pendulum

Placé sur la mâchoire du haut avant un traitement par bagues il permet de reculer les molaires du haut lorsque celles ci sont trop avancées afin de recréer de la place et rétablir de bons rapports d’emboitement entre les dents du haut et les dents du bas. Cet appareillage est fixe et doit être « activé » par l’orthodontiste à raison d’un rdv toutes les 6 à 8 semaines.

L'ELN

L’ Enveloppe Linguale Nocturne est un appareil qui se porte la nuit afin de limiter la poussée de la langue sur les dents dans le cas où la déglutition est pathologique.

L'Activateur

Pour les décalages de mâchoires (mâchoire du bas trop en retrait ou trop avancée) il s’agit d’un appareil amovible qui doit être porté la nuit et à la maison pour un total de 14h/24H. Cet appareil a une action orthopédique, c’est à dire qu’il agit à la fois sur les dents mais aussi sur les bases osseuse en venant modifier la croissance afin que celle ci se réharmonise et réduise le décalage des mâchoires.

Les Bagues Métalliques

Il s’agit de petits boitiers, appelés brackets qui sont collés sur les dents. Ces boitiers servent d’attaches, dans lesquelles est introduit un arc métallique (qui sera changé ou transformé au fil des rendez-vous). Les dents sont mobilisées grâce à ces attaches qui « coulissent » le long de l’arc métallique selon le mouvement désiré par le praticien. Il y a plusieurs phases de traitement : l’alignement dentaire, la correction du décalage (lors de cette phase il est souvent demandé au patient de porter des élastiques entre les mâchoires qui vont aider à la correction du décalage), les finitions esthétiques puis enfin le débaguage.

Les types de RDV pendant un traitement

La première consultation

Il s’agit du premier entretien avec l’orthodontiste. Lors de ce rendez-vous, le patient et l’orthodontiste échangent sur le motif de consultation. L’orthodontiste va alors réaliser un examen clinique complet afin d’évaluer les dysmorphoses (troubles dentaires, squelettiques et fonctionnels). Il pourra compléter son examen par une radiographie. A l’issu de cet entretien, si l’indication est posée, une proposition de traitement pourra être faite par le praticien, et un devis ainsi que la demande d’entente préalable pour la sécurité sociale pourront être remis au patient.

Les empreintes

Avant le commencement du traitement, des empreintes des mâchoires devront être réalisées afin de permettre à l‘orthodontiste d’affiner son plan de traitement et son diagnostic. Dans notre cabinet, ces empreintes ne sont plus réalisées avec un moule, mais à l’aide d’une caméra buccale, qui va « flasher » les dents du patient afin d’en obtenir une version numérique. Cette méthode est moderne, permet une meilleure communication entre le patient et l’orthodontiste et est surtout beaucoup plus confortable pour le patient. Lors de ce rendez-vous d’empreinte, nous réalisons aussi des radiographies (si elles n’ont pas déjà été réalisés) ainsi que des photographies, qui nous permettent d’avoir un dossier complet afin d’établir un diagnostic personnalisé.

La pose d'appreil

C’est le rendez-vous qui sonne le départ du traitement. Selon le type d’appareil il peut être fractionné ou en une seule fois et peut durer de 10 à 40 minutes.

Les RDV de suivi

Chaque appareil, quel qu’il soit, nécessite un suivi et « une activation » réalisées par l’orthodontiste. La fréquence de ces rendez-vous dépend du type d’appareillage mais représente un rendez-vous toutes les 4 à 10 semaines.

La dépose ou débaguage

C’est le rendez-vous le plus attendu ! Ce rendez-vous est programmé lorsque le praticien et le patient sont satisfaits des résultats obtenus, lorsque le traitement est terminé. Il consiste à déposer les appareils en place. Habituellement, la dépose est suivie par une surveillance régulière (cas de traitement de première intention chez l’enfant) ou bien de la mise en place d’appareils de maintien (contention après traitement chez l’adolescent ou l’adulte).

La contention

Elle désigne l’ensemble des moyens qui sont mis en place, après un traitement d’orthodontie, afin de maintenir les résultats esthétiques et fonctionnels obtenus. La contention fait partie intégrante du traitement et est nécessaire à la stabilité du traitement réalisé. Les appareils mis en place sont en général peu contraignants et souvent de port nocturne. La durée de la contention est variable et dépend du type de traitement effectué, de l’âge du patient, et d’autres facteurs. Le suivi des patients dits « en contention » est en général plus espacé, à raison d’une visite par trimestre.

Les questions fréquentes

Est-ce qu'un appareil fait mal ?

La pose d’un appareil dentaire est indolore, par exemple, lorsqu’il s’agit de bagues, elles sont simplement posées sur les dents avec un peu de colle, il n’y a pas besoin ni d’anesthésie ni d’utiliser d’instruments rotatifs (roulette). Cependant, il est normal de ressentir une gêne les premiers jours du traitement, en général, elle apparaît 3 à 4 heures après la pose de l’appareillage et peut durer quelques jours en diminuant progressivement. Vous pouvez si cela est inconfortable prendre du doliprane ou autre antalgique dont vous avez l’habitude, à la posologie adaptée à votre poids. Si une irritation à l’intérieur des lèvres ou des joues est ressentie, il faut utiliser de la cire dentaire fournie lors de la pose de l’appareil.

Vais-je zozoter avec mon appareil ?

Tout dépend du type d’appareil : ceux qui ne présentent pas de contact avec la langue et ne recouvrent pas le palais ne présentent aucune gêne (bagues extérieures par exemple). Ceux qui recouvrent une partie ou la totalité du palais peuvent entraîner une petite modification de l’élocution les quelques jours qui suivent leur pose mais cela disparaît rapidement.

Quels sont les conseils alimentaires avec un appareil ?

Le premier jour après la pose d’un appareil, nous vous conseillons de manger des aliments plutôt mous, faciles à avaler, qui ne nécessite pas une grande mastication. L’idéal est de manger de la purée, des pâtes, des steaks hachés... La bouche va s’habituer peu à peu à l’appareil.

Pendant la durée du traitement, évitez de consommer :
Les aliments collants : chewing-gum, bonbons, caramels, nougats, carambars, réglisses...
Les aliments durs : pain dur, fruits entiers (privilégier les quartiers/morceaux), sandwichs (prendre un sandwich fait avec du pain de mie plutôt qu’avec de la baguette), fruits secs...
Attention aussi de ne pas : mordiller un crayon ou un stylo pendant la classe, ronger ses ongles.

Sinon que se passe-t-il ? Les bagues se décollent, les fils se tordent et il sera nécessaire de réparer ou de changer l’appareil et cela peut faire prendre du retard au traitement.

Comment se brosser les dents avec un appreil ?

Exactement comme avant ! En mieux ! Après chaque repas se brosser soigneusement les dents, donc trois fois par jour. Les appareils fixes peuvent retenir des débris d’aliments ce qui favorise le développement de la plaque dentaire et du tarte qui favorisent les problèmes de gencive et de caries. Il est donc très important de réaliser un brossage efficace.

Puis-je utiliser une brosse à dents électriques ?

Oui, il n’y a aucune contre-indication.

Comment entretenir un appareil amovible (gouttière, faux palais...) ?

Il faut toujours enlever l’appareil avant de se brosser les dents et le nettoyer à ce moment là. Il est important d’utiliser de l’eau froide ou tiède mais pas trop chaude car cela pourrait entraîner des déformations de l’appareil. Nous conseillons de brosser l’appareil avec une brosse à dents dédiée à cet usage, avec un peu de dentifrice, en faisant bien attention de ne pas faire tomber l’appareil car ils sont en général fragiles. Il est possible de faire tremper l’appareil de temps en temps dans une solution type bain de bouche.

Nous vous conseillons de faire attention de bien ranger les appareils dans leurs boites lorsqu’ils ne sont pas portés car ils sont fragiles, et de les tenir hors de portée des animaux domestiques qui en raffolent !

Que faire si une bague se décolle ?

Il peut arriver qu’une bague se décolle. Si le prochain rendez-vous est proche (maximum 10 jours) et que rien ne gêne, le recollage se fera lors du rendez-vous prévu. Si en revanche il y a une gêne ou une douleur, il faudra téléphoner au secrétariat pour prendre un rendez-vous « d’urgence » et revenir avec la bague décollée.

Quelle est la différence entre un dentiste et un orthodontiste ?

Un orthodontiste est un chirurgien dentiste qui a fait une spécialisation en orthodontie et qui ne pratique plus que l’orthodontie au sein de son cabinet. Il n’y a que 2 diplômes qualifiants en France : le CESCMO et l’internat en orthodontie (remplace le CECSMO depuis 2016). Le CECSMO représente 4,5 années de spécialisation théorique et clinique réalisées en plus du diplôme de chirurgien dentiste. L’entrée en spécialisation se fait par un concours régional assez sélectif. Le diplôme est accordé en fin de formation suite à un examen théorique national et une présentation devant jury d’une collection de patients traités au cours des vacations cliniques hospitalières. La formation française est complète et de qualité.

Certains dentistes non spécialistes proposent aussi de réaliser des traitements orthodontiques, nous attirons l’attention des patients sur le fait que l’orthodontie est une spécialité globale et compliquée pour laquelle la formation est à notre sens indispensable.

Le pouce ou la tétine ?

Telle est la question de nombreux parents ! Rassurez-vous, la succion du pouce ou de la tétine est tout à fait normale chez les touts petits. Ceci dit il est admis que la succion prolongée du pouce ou de la tétine peut occasionner des déformations des dents et des mâchoires. En général, si la succion est abandonnée avant 4 ans, les malformations sont la plupart du temps réversibles spontanément, sans besoin de traitement orthodontique. Nous vous encourageons donc à essayer au mieux d’accompagner votre enfant dans l’arrêt de cette succion, ou au moins de tenter de lui faire limiter le pouce ou la tétine aux périodes de sommeil.

Malheureusement, nous savons bien qu’il est parfois très difficile pour un enfant d’abandonner cette succion. Nous vous conseillons alors de venir consulter afin qu’un bilan soit établit. Souvent une simple consultation avec un professionnel permet à l’enfant de réaliser que la succion est néfaste et l’aide à arrêter. Nous donnons aussi des conseils sur des méthodes simples qui donnent un coup de pouce à l’enfant pour abandonner son pouce ou sa tétine. Si malgré tout la succion perdure et qu’une malocclusion est associée, un appareil orthodontique devient alors nécessaire.

Faut-il extraire les dents de sagesse ?

La question de l’extraction ou non des dents de sagesse se pose la plupart du temps à la fin du traitement. Chaque patient est différent et la position, la forme et la taille de ses dents de sagesses sont évaluées avant, pendant et après son traitement. Nous essayons au maximum de conserver ces dents, mais malheureusement, quelquefois, il n’y a pas assez de place, ou la position des germes sont anormales et nous demandons alors leur extraction.

Que faire avec les canines incluses ?

Les canines incluses touchent environ 2% de la population est sont un motif de consultation fréquent au sein de notre cabinet.La canine est une dent essentielle à la bonne organisation d’une arcade dentaire et à son emboitement avec l’arcade opposée, il est donc très important de mettre tous les moyens en œuvre pour tenter de la mettre en place.

La canine du haut est la dernière dent définitive à faire son éruption et du coup c’est la plus sujette à l’inclusion (elle reste bloquée dans l’os et ne peut pas faire son éruption naturellement). Un traitement d’orthodontie est alors nécessaire afin de recréer l’espace pour l’accueillir et mettre en place un système de « traction » afin de la faire descendre.

Comment traiter les agénésie (dent manquante) ?

Une agénésie est une anomalie dentaire de nombre qui se caractérise par l’absence d’une ou plusieurs dents : la dent qui devrait normalement être là est absente, ou encore la dent de lait ne sera pas remplacée par une dent adulte.

Les agénésies sont une indication de traitement orthodontique. Selon votre situation nous pourrons vous proposer 2 types de traitement : soit la préparation orthodontique avant le remplacement de la dent manquante par prothèse ou implant, soit la fermeture de l’espace de cette dents par rapprochement des dents adjacentes. L’orthodontiste vous orientera préférentiellement vers l’une ou l’autre des solutions en fonction de différents paramètres qui vous seront expliqués.

Les collaborations ?

La richesse d’un traitement orthodontique est qu’il est souvent « pluridisciplinaire », c’est à dire qu’il fait interagir plusieurs spécialités et donc plusieurs spécialistes. Nous avons l’habitude de collaborer avec différents spécialistes médicaux, comme les chirurgiens maxillo faciaux, les ORL, les allergologues, les kinésithérapeutes, les orthophonistes, les ostéopathes et biensûr nos confrères dentistes.

Hygiène & cabinet d'orthodontie ?

La désinfection et la stérilisation sont des maillons essentiels de notre organisation au cabinet. Nous suivons les règlementations européennes et chaque instrument ou dispositif médical suit un parcours de stérilisation codifié et vérifié (décontamination, ultrasons, stérilisation autoclave cycle prions) après chaque utilisation.

Quand consulter ?
Les traitements
Les appareillages
Les types de RDV
Questions fréquentes